A3. Trouver des sources primaires…

L’historien est un voleur

L’historien est un voleur.

Il débarque un beau jour incognito dans une ville, va droit à la bibliothèque en suivant les indications qu’un complice lui a fournies et s’introduit sans bruit dans un fond d’archives. Là, il ouvre un carton, puis un autre, repère ses proies. une fois évaluée la valeur de leur contenu, il opère méthodiquement un tri entre les documents. De ces papiers jaunies, il extrait des vies. Il y entre par effraction. Il en dévoile l’intimité et s’en approprie les secrets, des secrets jusque-là bien gardés. Il sort de l’anonymat des quidam qui étaient partis sans demander leurs reste, met à la lumière des existences qui étaient restées dans l’ombre, il exhume des fragments.1

Ce beau texte de Philippe Artières nous dit que l’historien est un voleur. Entendez que le voleur  est ici celui qui mène aussi l’enquête ! L’anthropologue des savoirs Christian Jacob dirait qu’il doit faire profession de braconner dans tous les domaines possibles pour éclairer sa recherche et Carlo Ginzburg, le maître italien de la micro-histoire, dirait lui qu’il doit chercher des indices, des traces, en lien avec son questionnement. Indicestraces, braconner, voler, disent assez que l’une des composantes de l’activité historienne est la quête de traces du passé que l’on interrogera au regard de sa problématique de recherche. C’est l’un des aspects de la recherche que je trouve le plus captivant. Faire une hypothèse (sois-même ou son directeur de recherche — Merci Hugues !), se transporter 500 km plus au nord pour la vérifier, localiser le bâtiment qui abrite le fond d’archives, chercher fébrilement dans le descriptif de différents fonds rédigé par les archivistes locaux, ne rien trouver, demander presque vaincu à l’archiviste en chef si il n’y aurait quand même pas quelque chose fin 1950-début 1951 concernant…attendre fébrilement à nouveau et  revoir ce même archiviste revenir de longues minutes plus tard des sous sols, avec un dossier rassemblant… une centaine de pièces !

Dossier Affaire Thibaut (sic) Ac Sciences - copie

Dossier concernant l' »affaire » qui opposa devant l’Académie des Sciences de Paris, Thibaut (sic) à deux physiciens du laboratoire Joliot, Charpak et Suzor. Archives de l’Académie des Sciences.

Trois défis de localisation

A côté des fonds de bibliothèques, des fonds privés, des entretiens avec différents témoins, internet offre à l’enquête historienne de nombreuses ressources. Pour cette troisième activité, j’aimerais vous soumettre 3 défis que vous tenterez de relever dans le temps imparti.    

 sherlock cherche

 Défi #1 

Rechercher les références et le texte d’un article écrit par Jean Thibaud et son collaborateur André Moussa sur la fission de l’uranium, publié dans le Journal de Physique et le Radium juste avant l’entre de la France dans le second conflit mondial.

Journal de Physique et le Radium, 1940

Journal de Physique et le Radium, 1940

Défi #2

Localiser l’échange de correspondance entre Thibaud et R.A Millikan,  le spécialiste américain des rayons cosmiques et prix Nobel de physique 1923.

Millikan 1923

R.A. Millikan 1923

indice : cet échange concerne le positron et une mise en évidence expérimentale importante faite par Thibaud à son propos.

Défi #3

Le congrès Solvay est une institution qui occupe une place importante dans l’histoire de la physique du XXe siècle. Il réunissait périodiquement à Bruxelles, les physiciens les plus avertis autour d’une question ou d’un objet. Werner Heisenberg évoque le rôle de ces congrès sur l’histoire de la physique :

Il n’y a pas de doute que, en ces années-là, les Conseils Solvay ont joué un rôle essentiel dans l’histoire de la physique (…) L’influence historique des Conseils Solvay était liée au style particulier introduit par leur fondateur : un petit groupe des spécialistes les plus compétents de divers pays, discutant les problèmes non résolus dans leur domaine, et découvrant ainsi une base pour leur solution.2

Conseil Solvay 1933

Conseil Solvay 1933

Le conseil Solvay d’octobre 1933 doit réunir à Bruxelles, les plus grands spécialistes mondiaux des noyaux atomiques. La radioactivité bêta, la découverte du neutron et du positron l’année précédente, ont mis le noyau sans dessus-dessous. A son grand regret3 Thibaud n’est pas retenu dans la liste de la délégation française.  Toutefois, Maurice de Broglie,  directeur du laboratoire des rayons X — dont Thibaud est le sous directeur depuis 1928 — fait office de secrétaire du conseil, aux côtés de Paul Langevin qui le dirige. Maurice De Broglie ajoute une note aux comptes rendus du conseil Solvay 1933, afin d’exposer les résultats obtenus par Jean Thibaud.

Je vous demande de trouver le compte rendu du Conseil Solvay 1933 et la trace de cette note ajoutée par Maurice de Broglie.

Défi #4 (bonus)

Thibaud soutient sa thèse en juin 1925, devant un jury prestigieux composé de Marie Curie et  du chimiste André Louis Debièrne. Il est dès lors reconnu comme un jeune maître des rayons X et de la spectrographie gamma naissante. Il donne à ce titre, de nombreuses conférences, et se trouve invité à intervenir en juin 1927, dans le cadre de celles du conservatoire des arts et métiers.

Compte rendu d'une conférence donné aux Arts et Métiers par J. Thibaud.  Action industrielle et commerciale, supplément du 2 juin1927.

Compte rendu d’une conférence donné aux Arts et Métiers par J. Thibaud. Action industrielle et commerciale, supplément du 2 juin1927.

 

La légende de la photo de Thibaud indique « Photo Martinie ». Faisons l’hypothèse qu’une copie de l’originale de cette photo existe quelque part, numérisée et présente un meilleur aspect que celle ci. Saurez-vous retrouver ce portrait photographique  de Thibaud par « Martinie » en usant des ressources d’Internet ?

  1. Philippe Artières, Avant propos du Livre des vies coupables, Collectif, Bibliothèque Albin Michel, Histoire, 2000 []
  2. W. Heisenberg, Préface, J. Mehra, The Solvay Conferences on Physics. Aspects of the Development of Physics since 1911, Reidel, Dordrecht-Boston []
  3. Lettre à Paul Langevin du 16 octobre 1933, archives L33/26 du fond Langevin, ESPCI []

A2. Sources primaires vs sources secondaires

Petite typologie

Pour cette seconde activité, je vais vous demander de réfléchir la différence entre une source qualifiée de « primaire » et une source qualifiée de « secondaire ». Vous vous appuierez sur la présentation que j’ai faite de mes sources dans mon mémoire de Master 2 intitulé Jean Thibaud, une trajectoire dans le siècle. Je m’empresse de dire que cette présentation est sans doute loin d’être parfaite, mais elle a le mérite d’avoir passé l’épreuve de la relecture critique et attentive de mon directeur de recherche et celle du jury… Elle est en tout cas reproduite ci-dessous :

Présentation des sources :
les sources primaires sont constituées de plusieurs types de documents : les archives administratives de l’université de Lyon 1, d’une part, qui m’ont servi à reconstituer de 1934 à 1960 les différentes étapes de la carrière de Jean Thibaud. Un dossier de presse conservé aux archives du CEA sur l’affaire de l’Académie et son contexte. Ce sont ces coupures de presse rassemblées qui m’ont permis de retrouver le dossier de l’Académie des Sciences rassemblant les éléments liés à la controverse de priorité. L’amabilité et la compétence de Florence Greffe, conservatrice en chef des archives de l’Académie, m’ont  permis de tirer le meilleur profit de ce dossier. C’est elle aussi qui m’a permis de retrouver un échange de lettres entre Jean et Francis Perrin en novembre 1940. Enfin, ont été mobilisés, les livres et articles scientifiques de Jean Thibaud et de ses collaborateurs. Nous en donnons la liste la plus exhaustive possible en bibliographie.
Les sources secondaires, que l’on peut aussi classer en deux catégories : les sources orales tout d’abord, à la première place desquelles, la mémoire vive de Raymond Salin, assistant de recherche de Jean Thibaud à partir de 1949. Son extraordinaire clarté d’esprit et sa précision m’ont permis de reconstituer de nombreux éléments de la vie du laboratoire de la rue Raulin. Jean-Paul Martin, Joseph Rémilleux, Maurice Giffon, Jean Tousset, Madame Danielle Coponat ensuite, qui m’ont fourni de précieuses indications d’ambiance. Qu’ils en soient ici tous chaleureusement remerciés. Par ailleurs, les récits de «Pionniers de l’atome», dont le livre éponyme de B.Goldschmidt et celui de Louis Leprince-Ringuet, «Noces de diamant avec l’atome», m’ont aussi apporté de multiples informations. Je dois aussi beaucoup au travail de thèse de Michel Pinault sur F. Joliot Curie qui m’a permis de situer plus précisément J.Thibaud dans la communauté des savants atomistes des années 30 et de cerner les relations difficiles que ce dernier a pu entretenir avec F. Joliot.

archivos_de_oaxaca

Quizz corpus

A4. Interpréter des sources primaires

Comment interpréter une source primaire ?

Nous l’avons réfléchi ensemble lors de l’activité 1, une source ne parle pas d’elle même. L’historien Patrick Boucheron dit fréquemment avec une jolie formule que « Les sources ne coulent pas de source » ((P. Boucheron lors d’un débat avec J. C Ameisen et E. Klein, Festival Mode d’Emploi, Lyon, 24 novembre 2013)) . De même qu’elles ne parlent pas d’elles-mêmes, elles ne sont pas « disponibles », mais requises par le chercheur mu par une question de recherche.  Si donc les sources ne « coulent pas de source », comment les faire parler ? Interpréter ses sources, c’est en grande partie être capable de les critiquer et d’en contextualiser le contenu et la publication. Critique interne et critique externe restent les deux phares de la critique classique des sources primaires.

Je vous propose de commencer par quelques études de cas portant sur des sources de natures différentes. Nous essaierons ensuite d’établir ensemble une grille d’analyse des sources primaires. Vous travaillerez par groupe de deux ou trois.

Étude de cas 1 : interpréter une correspondance

Voici les deux pages d’une lettre envoyée à Jean Thibaud le 24 décembre 1940 depuis Nice1.

lettre-1:2

Lettre à Thibaud 24 décembre 1940-1/2

lettre-2:2

Lettre à Thibaud 24 décembre 1940-2/2

Tâche

  1. Tentez (à deux c’est plus facile) de déchiffrer le texte de la lettre
  2. Identifiez les conditions de production de cette source
  3. Cherchez à identifier la signature de la lettre et faites une hypothèse quant au « Maurice » dont il est question dans la lettre. Valider votre hypothèse par une recherche biographique sur Internet
  4. Quel était le contexte social et politique au moment où ce document fut produit ?  Quels éléments du texte corroborent cette analyse ?
  5. Quels sont les deux objets principaux de la lettre ?
  6. Y a-t-il des indicateurs permettant de se faire une idée des valeurs, des opinions ou des préjugés de l’auteur de cette lettre ? Quels sont-ils ?
  7. Comment comprendre la référence à Jean Perrin dans le texte ? Que nous apprend cette référence sur le contexte institutionnel de l’époque ?
  8. Que nous dit cette lettre d’historiquement signifiant ?

Étude de cas 2 : interpréter une article de presse

Voici la reproduction d’une coupure de l’hebdomadaire La Presse (semaine du 16 au 22 avril 1950) : 

La Presse Zoé, 1950

La Presse, du 16 au 22 avril 1950, source BNF

 Tâche

  1. Relevez les éléments du texte et de l’image qui vous permettent de comprendre le contexte extérieur de publication de cet article
  2. Faites une recherche rapide pour comprendre ce à quoi « l’atomique ZOE » faire référence
  3. Cette Atomique ZOE semble-t-elle avoir un favori ? Faites une hypothèse pour expliquer cela
  4. Quels indicateurs permettent de juger de la pertinence historique de l’évènement cité dans l’article ?
  5. Quel est le public visé par cet article ?
  6. Cherchez des indicateurs permettant d’évaluer la fiabilité de ce document
  7. L’auteur de l’article semble-t-il avoir une position ou un message à faire passer ?
  8. Quelles informations sur l’hebdomadaire seraient utiles pour saisir la portée de cet article ?
  9. Que peut nous apprendre l’image sur les conceptions de l’époque ?
  10. Que nous disent ce texte et cette image d’historiquement signifiant ?

Interpréter une source primaire à l’ère numérique

Il est évident que les conditions et les possibilités de la recherche historique ne sont pas celles des pères de la méthode historique classique, les Seignobos, Langlois et autre Simiand..2 Le numérique occupe une place de plus en plus importante dans la vie de l’historien. La modification de l’accès aux « sources » est l’aspect le plus évident de cette transformation. Cependant, les possibilités offertes par le numérique ne se réduisent pas à cet aspect d’abordage. Bien plus, le numérique permet d’interroger d’une façon renouvelée les documents individuels ou les corpus de documents.

Pour l’entrevoir, je vous propose deux billets passionnants et un outil numérique :

574048_Cover

Voyant

  1. correspondance communiquée par R. Salin []
  2. Voir l’édition 2014 du célèbre et fondateur Introduction aux études historiques   https://books.openedition.org/enseditions/273 []

A1. Sources primaires en histoire des sciences

Bonjour à toutes et tous. Avant de nous retrouver pour l’atelier de méthodologie sur les sources primaires en histoire des sciences, j’aimerais vous demander de me donner votre sentiment sur les quelques points qui suivent. Vous répondrez sur les supports associés et nous discuterons vos réponses mercredi 12 novembre prochain…

fond d'image


« Traces » et « archives » en histoire

Commençons par deux questions  :

  1. Quelle(s)  différence(s) faites-vous entre une « trace historique » et une « archive historique » ?
  2. Quel thème (ou sujet) souhaitez-vous aborder dans votre travail de recherche cette année ?

Répondez spontanément et déposez (avant lundi si possible) sur le padlet dédié (lien en cliquant) un court document sonore à cet effet. Merci.


« Penser historiquement »

L’histoire des sciences est une histoire comme les autres, ou presque (nous verrons où le « presque » se loge). C’est donc d’écrire l’histoire ou écrire une histoire qu’il va s’agir. Mais qu’est-ce cela veut dire ? Que veut dire faire de l’histoire ? Que signifie penser historiquement ?

Pour y réfléchir ensemble, j’aimerais vous proposer deux documents. Le premier est un article signé Arlette Farge, paru dans la revue Hypothèse en 20041 intitulé simplement ÉCRIRE L’HISTOIRE.

L'historienne Arlette Farge -©Andersen Sipa

L’historienne Arlette Farge -©Andersen Sipa

L’article se termine sur cette phrase :

Ainsi peut-on dire que les sources pour l’historien, sont non seulement un matériau qui ne peut devenir solide que si ce dernier travaille entre finesse et intelligence sur ce qu’elles recèlent, révèlent et cachent, et sur ce qu’elles disent d’un contexte enfui.

Accéder à l’article en cliquant sur l’image ou directement : Ariette Farge Écrire l’histoire HYP

Le second document que je vous invite à réfléchir est un document sonore. Il s’agit d’un entretien radiophonique entre l’historien Ivan Jablonka et une journaliste de la radio suisse Espace le vendredi 26 septembre 2014. Ivan Jablonka évoque son dernier ouvrage, L’histoire, une littérature contemporaine, manifeste pour les sciences sociales, Éditions du Seuil, 2014.

Ivan Jablonka (c) Hermance Triay

Ivan Jablonka
(c) Hermance Triay

Accéder à l’entretien en cliquant sur l’image ou directement : Ivan Jablonka, Savoir raconter

arbre_gauche

En guise de pré-travail, je vous demande de bien vouloir synthétiser votre compréhension de ces deux documents dans une « carte d’idées » (au format jpeg ou pdf)2 que vous déposerez sur le même padlet que précédemment.

  1. Depuis 1997, la collection Hypothèses regroupe les actes des journées de l’École doctorale d’histoire de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne []
  2. Si vous ne savez pas ce qu’est une « carte d’idées », ou « carte heuristique », allez sur le lien suivant []

Gallica et moi (1)

Je m’intéresse à la trajectoire d’un physicien atomique ayant traversé une bonne partie du vingtième siècle. Ce dernier à beaucoup fréquenté les Comptes Rendus de l’Académie des Sciences (CRAS), des années 1920 à la fin des années 50. Les Comptes Rendus étaient, avec le Journal de Physique et le Radium (nom baroque issu de la fusion en 1920 de deux périodiques), les deux principales artères de publication françaises en physique et chimie, dans la première moitié du vingtième siècle. En ce qui concerne les archives scientifiques, Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF, est un outil qui a su se rendre indispensable au chercheur. A la fois vertigineuse par la largeur de son fond (2 millions de documents), la base de Gallica peut aussi parfois s’avérer farceuse. Je me propose dans cette suite de billets, d’illustrer sur cas, les tours que le moteur de recherche de Gallica me joue et les détours qu’il me faut parfois emprunter.

 Les Comptes Rendus de l’Académie des Sciences

Imaginons que vous recherchiez la référence suivante :

Thibaud, J, «Déviation électrostatique et charge spécifique de l’électron positif» C.R, 197, 1933, p. 447. 

Vous savez ainsi qu’il s’agit d’une note d’un certain « Thibaud », parue dans le tome 197 des Comptes Rendus hebdomadaires de l’Académie des Sciences (« CR »), en 1933. La référence indique par ailleurs que la note débute à la page 447 du tome en question.

Bien. A ce stade, la meilleure stratégie ne consiste pas à Googliser (sic)  la référence précédente (essayez). Aucune chance que le moteur du géant vous mène à la note en question. Le mieux est de cherchez la liste chronologique des Comptes Rendus, de cliquer sur « 1933 » et d’ouvrir les comptes rendus du tome 197 pour enfin aller à la page 447.

Quittez donc Google pour vous tourner vers Gallica et son moteur de recherche.

Gallica

Première difficulté. Si votre requête est « Comptes rendus de l’académie des sciences », vous risquez de chercher longtemps le compte rendu que vous voulez si toutefois vous espériez obtenir la liste annuelle des CR. Vous obtiendrez une liste de différentes séries récentes de comptes rendus (mathématiques, Sciences de la Vie…) mais pas la liste des CR depuis que les secrétaires perpétuels ont décidé de les publier.

CRAS2

réponse du moteur de Gallica à la requête « comptes rendus de l’académie des sciences »

Pour obtenir cette liste exhaustive, deux possibilités :

  • modifier légèrement la requête dans le moteur de Gallica en ajoutant « hebdomadaires » (attention pluriel obligatoire sine qua non)! Ces messieurs se réunissent en effet tous les lundis quai Conti. 

CRAS3

 

Pour accéder au saint Graal, il ne vous reste plus qu’à cliquer sur « Accéder à tous les volumes du périodiques » et ensuite de cliquer sur « 1933 » et de choisir le tome 197.

CRAS4

Autre possibilité.

  • Utiliser le nouveau moteur de recherche de Gallica, que l’on trouve sur Gallica Labs :

Gallica Labs

Comme l’indique la page du nouvel outil, « Vous y verrez que l’ordre et la pertinence des résultats présentés diffèrent sensiblement de ceux offerts par le moteur actuel de Gallica ». En effet, miracle du nouvel algorithme, la requête « Comptes rendus de l’académie des sciences » fournit en première réponse, celle que nous attendions :

CRAS5

Vous verrez toutefois que ce nouvel algorithme n’est pas exempt de critiques ; peut être en trouverez vous vous même avant le prochain billet….

De l’écriture d’un article en SHS en général, à mes perspectives en particulier.

Suite à la formation doctorale sur l’écriture d’un article en SHS, proposée et animée par Samuel Lézé, anthropologue de la santé à à l’ENS LSH de Lyon, je me propose dans ce billet, de retracer le fil de cette intervention à l’aune de mes propres problématiques (en gris). Une version non augmentée de mes commentaires est disponible sur L@Bsolu

Le stage commence par un tour de table de présentation (nom, sujet de thèse) sans plus de détails. Ce premier mouvement est suivi d’un autre, durant lequel chacun doit le plus synthétiquement répondre à la question de l’enjeu de son travail de thèse :

Quel est l’enjeu de votre travail de thèse ?

En ce qui me concerne, l’enjeu de mon travail pourrait se résumer ainsi : mettre à jour, sur une étude de cas (celle du physicien Jean Thibaud), via des méthodes historiques et épistémologiques, les logiques dont procède la construction de la trajectoire d’un physicien nucléaire en France entre 1920 et 1960. Comment se conjuguent et se contraignent les dimensions scientifiques, institutionnelles ; les prises de position idéologiques et politiques dans le parcours d’un physicien atomique expérimentateur ? Il sera aussi question de comprendre les logiques de bifurcation et de marginalisation en histoire des sciences.

S. Lézé énonce ensuite l’une des idées les plus stimulantes de la formation :

« Écrire un article, ce n’est pas « écrire » au sens littéraire du terme. Il s’agit bien plutôt d’un travail d’organisation, de composition, de réduction de l’information préalablement récoltée  en vue d’établir une démonstration autour d’une idée centrale.»

NB : contrairement à ce que pourraient laisser croire les ratures de Flaubert ci-dessus, un article de SHS ne doit pas être confondu avec un exercice littéraire, sous peine d’être systématiquement rejeté.

Je reste, à ce stade, fortement frappé par l’analogie que je perçois entre écriture scientifique et acte photographique. Il s’agit évidement dans les deux cas d’une écriture. Mais plus fondamentalement, le principe d’une composition au service d’un message s’applique aux deux. La photographie est un art de l’exclusion, tout comme la sculpture et tout au contraire de la peinture. Le photographe exclut donc, autrement dit, cadre, à partir d’une masse d’objets, de formes et compose par là-même un message.

Robert Frank

Robert Frank. Londres 1951.

Rien à inventer donc, dans un cas comme dans l’autre, tout à composer. Composer avec le monde, composer à partir du monde en organisant les formes ou les éléments de sa démonstration. Derrière chaque photo, il y a une idée. Chaque article devrait lui aussi être au service d’une idée et composer les éléments qu’il convoque en vue d’établir sa démonstration.

Vous avez dit réduire ?

Comment organiser, réduire, vos articles pour qu’ils deviennent publiables ou en tout cas pour qu’ils aient quelque chance de ne pas être rejetés de prime abord par l’éditeur ou le referee ? Travailler la « citabilité » de votre texte : vous devez faire en sorte que votre texte soit lu et utilisé par vos pairs.

« il faut écrire dans l’esprit d’être réutilisé (…) C’est celui qui formulera convenablement une idée qui sera cité ».

Adapter l’article en fonction de ceux qui peuvent le lire. C’est ce à quoi peut vous amener le dialogue avec le referee. Le non-rejet primaire de votre texte doit vous inciter à l’améliorer.

« Mais que veut dire « améliorer » l’écriture d’un article ? La plupart du temps : réduire, réduire et encore réduire à la structure syntaxique de base : sujet-verbe-complément ! » 

Vous devez par ailleurs impérativement adapter le format de l’article à la revue à laquelle vous proposez votre texte.  Ce dialogue avec le referee, sur la forme et sur le fond, tout au contraire d’une attaque ad hominem, doit être perçu comme un processus intellectuel ayant pour objectif la qualité scientifique du texte travaillé. Un préalable est la capacité du chercheur à faire preuve à la fois de plasticité et de solidité intellectuelle.

 Typologie des articles

Les années de doctorat sont l’occasion pour le chercheur de s’exercer à des formes multiples d’écriture. S. Lézé en a repéré quatre et nous en propose une description.

A-   l’article « État des lieux ».

Il s’agit de proposer une revue de thématique générale dans un axe particulier, de faire un état des lieux de la littérature autour d’un problème central. C’est aussi une façon d’exploiter scientifiquement un état des lieux théorique et de publier un article fortement cité par la suite…

Il s’agira tour à tour :

  • de poser un problème ;
  • de passer en revue les différentes approches proposées dans le passé ;
  • de mettre le problème et ces approches en perspective de l’approche personnelle que l’on se propose d’adopter.

Cette revue de la littérature devrait être un passage obligé de tout doctorant en première année.

Ps : deux outils (concurrents) pour vérifier l’état de la littérature sur un concept ou un auteur :

–       The Web of Science. (ressources URFIST pour l’initiation à WOS)

–       Scopus (ressource URFIST pour l’initiation à Scopus)

En ce qui me concerne, je pourrais envisager de faire un état des lieux actualisé du style biographique en histoire des sciences. Il me faudrait approfondir le matériel théorique que j’ai commencé à rassembler,  interroger ces analyses au regard de ma problématique. 

Pour ceux que cela intéresse, quelques incontournables sur la question biographique :

avec en contre point de l’article de Bourdieu, un article vif et passionnant de Nathalie Heinich :

Pour finir, l’article de Söderqvist qui me semble assez conforme à l’idée que je me fais d’une telle revue :

B-   Le « Research paper ».

C’est l’article de recherche « classique ». Il présente une contribution (et une seule) à la résolution d’une problématique.  Sa structure, modulaire, peut être décrite comme ci-dessous :

–       Exposé de la méthodologie :

« la première chose que fait un reviewer, c’est lire la méthodologie ».

L’exposé de la méthodologie répond à une logique d’explicitation et vise à permettre la reproductibilité de la démarche par d’autres chercheurs.  Trois éléments peuvent concourir à cette explicitation :

  • Sur quels matériaux ma démonstration est-elle basée ? (entretiens, observations, article)
  • Quels participants ? Pourquoi eux et pas les autres ? Pourquoi l’accès à ces archives maintenant ?
  • Quelles sont les procédures mises en œuvre pour analyser les matériaux dont on dispose ?

–       Résultat. 

Qu’est-ce qu’un résultat en SHS ? Un résultat prend souvent la forme d’une typologie (statique ou dynamique), d’une analyse de concept. Cette typologie peut viser à épuiser la complexité d’un concept ou en délimiter les contours.

« Un article en SHS se construit à partir des deux modules que sont l’explicitation de la méthodologie et l’exposé des résultats. » 

–       Discussion

« Elle interprète les résultats et pose les limites de la méthode ET des résultats obtenus. »

Il s’agit tout à la fois d’en mesurer le degré d’originalité, de mettre en valeur les forces mais aussi les faiblesses des résultats. Attention à produire un texte qui favorise la discussion.

« Éviter  plus que tout de produire des énoncés d’autorité. Appliquez vous à mettre en œuvre un principe d’humilité en SHS. »

–       Titre et mots clés.

Le titre de l’article et les mots clés sont très délicats à composer. Trois astuces :

  • Pour le titre, articuler la méthodologie et l’angle spécifique de la problématique,
  • Éviter d’utiliser les mots clés dans le titre. C’est aussi une façon de maximiser le référencement de l’article,
  • Choisir les mots clés de façon à ce qu’ils résonnent avec les mots du titre.

–       Résumé et conclusion

Le  résumé doit être lisible par quiconque et en particulier par les journalistes ! Proscrire tout jargon.

Dans l’état actuel de mon travail,  il est  prématuré de tenter de dégager des problématiques sur un corpus en partie non encore exploré ni circonscrit. Cependant, quatre ou cinq axes me permettraient d’envisager la production d’un tel article :

  • La trochoïde, biographie d’une technique de physique nucléaire.

La méthode de la trochoïde fut mise au point par Thibaud dans les années 30 et utilisée largement par la communauté française. Elle ne le quittera pas de toute sa carrière et pourrait en constituer une sorte de fil rouge expérimental. Il s’agirait de suivre cette méthode expérimentale de physique nucléaire, de son origine à sa disparition complète de la scène scientifique.

vie et transmutation des atomes

Dispositif de la Trochoïde. In Thibaud Jean, Vie et Transmutation des Atomes, Albin Michel, Paris, 1938.

  • L’institut de Physique Atomique de Lyon et la Fission nucléaire : 1938-1946. 

Enrico Fermi bombarde en 1934 toute sortes de cibles atomiques avec des projectiles neutres, les neutrons, découverts deux ans plus tôt par James Chadwick. Parmi les cibles de Fermi, l’Uranium, dont les résultats du bombardement semblent difficiles à interpréter. Jean Thibaud et André Moussa du côté expérimental, Guido Beck et Peter Havas du côté théorique, vont travailler la question du bombardement de l’Uranium par des neutrons à l’Institut de Physique Atomique de Lyon (IPA). L’article pourrait tenter d’étudier la contribution de l’IPA, dans un contexte trouble, aux recherches sur la fission de l’Uranium.

Équipe de l’Institut de Physique Atomique de Lyon (date inconnue. Probablement 1937). Annales de l’Académie des Sciences de Lyon, 1983. 

  • Jean Thibaud : de l’accommodation volontaire sous Vichy à l’anticommunisme d’après guerre.

En novembre 1940, quelques mois après le déferlement nazi sur la France, Thibaud obtient de Jacques Chevalier (le secrétaire d’État à l’instruction publique du gouvernement de Vichy) la chaire de chimie-physique de la Sorbonne, laissée vacante par la fuite de Jean Perrin à New York. Au mois d’octobre 1941, Thibaud remplace l’autre « père » de la physique française, Paul Langevin, à la direction de l’École de Physique et Chime de la ville de Paris. Langevin avait été arrêté par les nazis en octobre 40 puis remis en liberté surveillée. 

Nettoyage par le vide

L’Université Libre, 22 octobre 1942 dans laquelle Thibaud est brocardé par les étudiants de l’EPCI.

  • Artefacts et  controverses : des spectres bêta anormaux à la dispute Joliot-Thibaud.

Le 18 décembre 1950, Thibaud fait présenter par Maurice de Broglie une communication aux Comptes Rendus de l’Académie des Sciences. Cette note s’intitule : «Le rayonnement anormal accompagnant les désintégrations bêta ».  Le même jour, en séance publique, F. Joliot lit une note de deux de ses élèves, G. Charpak et F. Suzor, intitulée : «Sur la possibilité d’émission d’une particule ayant la charge de l’électron et distincte de celui-ci dans la radioactivité bêta  positive et négative. » Les deux études conduisent leurs auteurs, à partir de méthodes expérimentales différentes,  à une même conclusion : il existerait une particule négative nouvelle liée aux spectres bêta mais différente de l’électron.

LaThéorieActuelle n'est pasmenacée Thibaud

La découverte tourne à la controverse pour plagiat devant l’Académie des Sciences en janvier 1951. Thibaud en sort défait, l’Académie décidant de faire publier sa note originale et non celle modifiée, qu’il avait envoyée après avoir pris connaissance de celle de Suzor et Charpak.

affaire Joliot Thibaud

  • Jean Thibaud et la question du temps en microphysique.

Dans les années 50, après l’affaire de l’Académie, Thibaud réfléchit à la notion de temps en microphysique. Il publie un certain nombre d’articles dans lesquels il expose sa conception discontinue du temps. Ces questions méritent d’être beaucoup mieux documentées et réfléchies que je ne l’ai fait jusqu’à présent. A suivre donc.

C-    L’article de comparaison.

Sur une étude de cas par exemple, on peut se proposer de comparer deux approches différentes.

D-   Un compte rendu de lecture d’ouvrage.

C’est un exercice très utile et praticable dès la première année de thèse.  On peut choisir un ouvrage récent et en proposer un C-R à une revue ou aller voir les ouvrages à recenser sur le site même des revues. S. Lézé propose de choisir ses comptes-rendus de façon « cumulative » sur notre thématique de recherche de façon à construire de proche en proche notre crédibilité scientifique.

Au final, ces indications doivent vous inciter à interroger votre texte avec les propres filtres des évaluateurs et ainsi éviter qu’il ne soit rejeté, comme c’est le cas de 70% de articles proposés.

Mon premier compte-rendu de lecture n’a pas été pour une revue scientifique mais pour l’Humanité. Il concerne l’ouvrage de Michel Blay « Quand le CNRS était gouverné par Vichy« .

Histoire de la recherche à l'IRD de 1944 à 1994

Charles Jacob, directeur du CNRS sous Vichy (c) CNRS.