A4. Interpréter des sources primaires

Comment interpréter une source primaire ?

Nous l’avons réfléchi ensemble lors de l’activité 1, une source ne parle pas d’elle même. L’historien Patrick Boucheron dit fréquemment avec une jolie formule que « Les sources ne coulent pas de source » ((P. Boucheron lors d’un débat avec J. C Ameisen et E. Klein, Festival Mode d’Emploi, Lyon, 24 novembre 2013)) . De même qu’elles ne parlent pas d’elles-mêmes, elles ne sont pas « disponibles », mais requises par le chercheur mu par une question de recherche.  Si donc les sources ne « coulent pas de source », comment les faire parler ? Interpréter ses sources, c’est en grande partie être capable de les critiquer et d’en contextualiser le contenu et la publication. Critique interne et critique externe restent les deux phares de la critique classique des sources primaires.

Je vous propose de commencer par quelques études de cas portant sur des sources de natures différentes. Nous essaierons ensuite d’établir ensemble une grille d’analyse des sources primaires. Vous travaillerez par groupe de deux ou trois.

Étude de cas 1 : interpréter une correspondance

Voici les deux pages d’une lettre envoyée à Jean Thibaud le 24 décembre 1940 depuis Nice1.

lettre-1:2

Lettre à Thibaud 24 décembre 1940-1/2

lettre-2:2

Lettre à Thibaud 24 décembre 1940-2/2

Tâche

  1. Tentez (à deux c’est plus facile) de déchiffrer le texte de la lettre
  2. Identifiez les conditions de production de cette source
  3. Cherchez à identifier la signature de la lettre et faites une hypothèse quant au « Maurice » dont il est question dans la lettre. Valider votre hypothèse par une recherche biographique sur Internet
  4. Quel était le contexte social et politique au moment où ce document fut produit ?  Quels éléments du texte corroborent cette analyse ?
  5. Quels sont les deux objets principaux de la lettre ?
  6. Y a-t-il des indicateurs permettant de se faire une idée des valeurs, des opinions ou des préjugés de l’auteur de cette lettre ? Quels sont-ils ?
  7. Comment comprendre la référence à Jean Perrin dans le texte ? Que nous apprend cette référence sur le contexte institutionnel de l’époque ?
  8. Que nous dit cette lettre d’historiquement signifiant ?

Étude de cas 2 : interpréter une article de presse

Voici la reproduction d’une coupure de l’hebdomadaire La Presse (semaine du 16 au 22 avril 1950) : 

La Presse Zoé, 1950

La Presse, du 16 au 22 avril 1950, source BNF

 Tâche

  1. Relevez les éléments du texte et de l’image qui vous permettent de comprendre le contexte extérieur de publication de cet article
  2. Faites une recherche rapide pour comprendre ce à quoi « l’atomique ZOE » faire référence
  3. Cette Atomique ZOE semble-t-elle avoir un favori ? Faites une hypothèse pour expliquer cela
  4. Quels indicateurs permettent de juger de la pertinence historique de l’évènement cité dans l’article ?
  5. Quel est le public visé par cet article ?
  6. Cherchez des indicateurs permettant d’évaluer la fiabilité de ce document
  7. L’auteur de l’article semble-t-il avoir une position ou un message à faire passer ?
  8. Quelles informations sur l’hebdomadaire seraient utiles pour saisir la portée de cet article ?
  9. Que peut nous apprendre l’image sur les conceptions de l’époque ?
  10. Que nous disent ce texte et cette image d’historiquement signifiant ?

Interpréter une source primaire à l’ère numérique

Il est évident que les conditions et les possibilités de la recherche historique ne sont pas celles des pères de la méthode historique classique, les Seignobos, Langlois et autre Simiand..2 Le numérique occupe une place de plus en plus importante dans la vie de l’historien. La modification de l’accès aux « sources » est l’aspect le plus évident de cette transformation. Cependant, les possibilités offertes par le numérique ne se réduisent pas à cet aspect d’abordage. Bien plus, le numérique permet d’interroger d’une façon renouvelée les documents individuels ou les corpus de documents.

Pour l’entrevoir, je vous propose deux billets passionnants et un outil numérique :

574048_Cover

Voyant

  1. correspondance communiquée par R. Salin []
  2. Voir l’édition 2014 du célèbre et fondateur Introduction aux études historiques   https://books.openedition.org/enseditions/273 []

De la sérendipité, en particulier.

La « sérendipité » est à la mode depuis quelques années en sciences humaines. En suivant la directrice de recherches du CNRS, Danièle Bourcier, coauteure du premier livre sur le sujet en France (Bourcier, D. & Andel, P. V. La Sérendipité : Le hasard heureux. (Editions Hermann, 2011), on pourrait  la définir comme,

l’action de tirer profit de circonstances imprévues.

La circonstance imprévue qui concerne ce billet part de la situation suivante : parti à la recherche du « Déambulatoire », un bâtiment du campus universitaire de la Doua (Lyon1), j’utilise la recherche image de Google qui me permet de trouver de quoi repérer le bâtiment en question :

Déambulatoire ©Eric.Le Roux/Communication/UCBL

Déambulatoire ©Eric.Le Roux/Communication/UCBL

Curieux d’images, je me retrouve sur le site du service de communication de l’université d’où émane la photo. J’explore, je fouille au hasard des images et je remarque une rubrique particulière « Patrimoine et histoire« .  A l’intérieur de cette dernière je repère « Archives photographiques de la recherche« . Je continue, explore à nouveau et découvre  la photo suivante  :

Jean Thibaud plaque de Verre musée hist medecine

Chercheur inconnu/Communication/UCBL. Musée d’Histoire de la Médecine et le la Pharmacie.

Vous remarquez la légende : « Chercheur inconnu » ??

Travaillant depuis quelques mois déjà sur l’histoire de l’Institut de Physique Atomique de Lyon (IPA), (inauguré le 7 mars 1936 au 1, rue Raulin à Lyon) je reconnais immédiatement son fondateur, Jean Thibaud !

Je m’empresse de faire accréditer cette « découverte » opportune par un technicien de recherche, collaborateur de Thibaud dans les années 50.  Il est évident que seule, la « circonstance imprévue » (tomber sur la photo ci-dessus), n’aurait pu me permettre d’identifier le chercheur qui constitue le fil rouge de mes recherches.

La sérendipité n’est pas le hasard, mais la faculté de tirer profit d’une circonstance imprévue en croisant cette expérience avec un vécu préalable, qu’il soit sensible, expérimental ou théorique.

Thibaud fut entre autres, dès 1938, engagé  dans la recherche sur la fission de l’Uranium. Je développerai cet engagement dans un billet à venir.  Au cours de mon dernier séjour au rez de jardin de la BNF,  j’ai trouvé un article sur l’énergie nucléaire, publié par le directeur de l’IPA au printemps 1946.  Vous n »aurez pas de mal à reconnaître la photo de couverture…

Reflets de Lyon, la revue de l'élite lyonnaise, 194

Reflets de Lyon, la revue de l’élite lyonnaise, printemps 1946

liens :

Photothèque de l’UCBL

Sérendipité ou le don de faire des trouvailles

 

Le Photon, Einstein ? 1905 ?

L’occasion d’une discussion récente au laboratoire m’a incité à préciser l’origine d’un des mots phares de la physique du XXe siècle, le mot Photon. On associe couramment ce dernier à Albert Einstein

A. Einstein circa 1910 Photo- Hulton Archive_Getty Images

A. Einstein circa 1910 Photo- Hulton Archive_Getty Images

et l’on date son apparition, dans les livres du secondaire, de la théorie de l’effet photoélectrique, élaborée en 1905 par ce dernier :

La lumière possède les propriétés des ondes, mais également certaines proporiétés des particules (des corpuscules). Les particules de lumière sont appelées photons (fig.1) (…)
Ces propriétés ont été posées comme base de la théorie des quanta par Planck en 1900. Einstein, puis d’autres scientifiques, ont apporté un développement considérable à cette théorie dès 1905. Le photon est donc une petite quantité d’énergie associée à un quantum d’énergie lumineuse. »

1reS Physique-Chimie, Micromega, p.68, Hathier, 2011

A la fin du XIXe s, certains phénomènes restent inexplicables dans le cadre de la théorie « ondulatoire » de la lumière. Cela conduit Max Planck à affirmer en 1900 que l’énergie d’un rayonnement de fréquence v est quantifié, c’est à dire que sa valeur est un multiple d’une quantité élémentaire d’énergie hv, où h est une constante. Dès 1905, Albert Einstein interprète ce résultats en indiquant que la lumière peut être considérée comme un flux de particules identiques, les « photons ».

1reS Physique-Chimie, p. 59, Belin, 2011

L’affaire semble donc entendue pour les élèves de première scientifique :

photon= quantum d’énergie lumineuse = Einstein = 1905 !

Trouve-t-on quelque chose de différent du côté du CNRS, l’institution par excellence de la recherche scientifique en France ?

On y trouve une figuration pour le moins naïve (présentée comme une photo), de ladite particule avec l’indication qu’ « ainsi des photons de toutes les énergies sont diffusés de l’intérieur du soleil jusqu’à nous ».

Trajectoire des photons s'échappant du soleil.© CNRS Photothèque

Trajectoire des photons s’échappant du soleil.© CNRS Photothèque

Plus intéressant, le billet précise que

L’existence de ces quanta de lumière fut prouvée expérimentalement dans les années vingt. Ils furent baptisés photon en 1924.

Deux choses donc :

  • le « photon », en tant qu’entité linguistique, n’existait pas en 1905 !
  • l’existence des quanta de lumière fut prouvée bien après 1905 et baptisés « photons » en 1924.

Quoi, le « photon » n’existait pas en 1905 ? Non, pas en tant qu’entité linguistique ! pour le reste, voire….

Guère de précisions donc. Le lecteur attentif à l’histoire factuelle des sciences pourrait demander : qui ? comment ? Qui « prouva » l’existence des quanta de lumière ? Comment ? et qui les baptisa « photon » ?

Commençons par la dernière question et adressons nous aux lexicographes et autres historiens de la langue. Que disent-ils ?  Interrogeons le  Trésor de la langue française :

Étymol. et Hist. 1927 (C.r. de l’Ac. des sc., t.185, pp.1118-1119). Formé sur le gr. , «lumière» (v. élém. formant photo1), d’abord en angl. (photon proposé en ce sens par G. N. LEWIS en 1926, v. NED Suppl.2

Le vocable aurait donc été proposé en 1926 (et non en 1924) par Gilbert Newton Lewis (1875-1946), le chimiste américain (connu pour sa théorie du partage d’électrons dans la liaison chimique et pour sa théorie des acides et des bases.)

LEWIS

Caricature de G.N. Lewis

On trouve en effet une référence à l’article princeps sur la page wikipedia liée au photon : GN Lewis, The conservation of photons, Nature, vol. 118, 1926, p. 874–875.

Le mot aurait par ailleurs diffusé très rapidement en langue française, puisqu’on le retrouverais dès 1927 dans une communication aux Comptes Rendus de l’Académie des Sciences. Vérification faite, le mot apparait bien à la page 1118 du tome 185, sous la plume de…Louis de Broglie (prix Nobel de physique deux ans plus tard, en 1929 « pour sa découverte de la nature ondulatoire des électrons »):

Louis de Broglie
Louis de Broglie (1892-1987), le créateur de la mécanique ondulatoire.

Photon CRAS 1927 Louis de broglie

le mot apparait dès le premier paragraphe :

Photon CRAS 1927 Louis de Broglie mot

Deuxième question:  Qui « prouva » l’existence des quanta de lumière ? C’est Robert Milikan en 1915. Le site de l’American Institute of Physics précise que c’est contre sa propre attente qu’il « prouva » la formule proposée par Einstein en 1905 pour expliquer l’effet photoélectrique :

by 1915 he had proved that Einstein’s formula for this effect was correct—which was against his own expectations.

Milikan et Einstein en 1931

Milikan et Einstein en 1931

L’avis de Milikan concernant l’existence des quanta de lumière n’était pas isolé en 1915 : rappelons que Max Planck (1858-1947) avait introduit en 1900 la quantification des échanges d’énergie entre la matière et le rayonnement de façon à produire une loi de répartition spectrale du rayonnement thermique du corps noir. Cette quantification des échanges lui valu le prix Nobel de physique en 1918, mais n’impliquait pas la quantification du rayonnement lui-même, qui restait totalement spéculative en 1915, avant que Milikan ne soumette la formule d’Einstein à l’expérience. Alain Aspect évoque fréquemment dans ses conférences sur les mystères du photon ou sur l’intrication quantique, l’anecdote suivante :

Planck, Nernst, Rubens et Warburg, autrement dit, quatre savants de renommée internationale, auraient écrit une lettre en 1913 pour soutenir la candidature d’Einstein à l’Académie des Sciences de Prusse. Ils exprimaient dans cette lettre leur admiration pour leur collègue et ses apports révolutionnaires à de nombreux aspects de la physique, à une exception près toutefois. Ils priaient les académiciens de ne pas retenir contre sa candidature, son hypothèse du quantum de lumière !

Je n’ai pas encore pu vérifier l’anecdote en question, mais elle semble reprise dans Ramunni, G. Les conceptions quantiques de 1911 à 1927. (Vrin, 2000).

L’histoire est donc plus riche, plus belle et donc plus complexe que le raccourci commun. Elle mêle l’intuition de génie d’Einstein, la perspicacité expérimentale de Milikan et l’inventivité linguistique de Lewis. Elle permet peut être aussi de comprendre pourquoi le Nobel d’Einstein lui fut attribué en 1921 pour son modèle de l’effet photoélectrique plutôt que pour sa théorie de la relativité restreinte. Tout étudiant ou enseignant regarde cet épisode comme une bizarrerie, peu cohérente avec la grandeur de la Révolution Relativiste si bien corroborée expérimentalement aujourd’hui. Au début des années 20 et après les expériences de Milikan de 1915, c’est surement le contraire qui était vrai.

Pour conclure, place à la sagesse d’Einstein. En 1954, à la fin de sa vie,  il avoua que 50 ans de recherches ne l’avaient pas rapproché du mystère de ce que sont les quantas de lumière :

Albert Einstein (AP photo, 15 mai 1954)

Albert Einstein (AP photo, 15 mai 1954)

« All these fifty years of conscious brooding have brought me no nearer to the answer to the question, ‘What are light quanta?’ Nowadays every Tom, Dick and Harry thinks he knows it, but he is mistaken. » (Albert Einstein, ‘The Born-Einstein Letters’ Max Born, translated by Irene Born, Macmillan 1971)

Un dernier mot. Deux sources indépendantes valant mieux qu’une, j’ai interrogé  le Dictionnaire Historique de la langue française
du grand lexicographe Alain Rey. La chronologie (Lewis, 1926 puis 1927 en France) est avérée. Le grand dictionnaire précise par ailleurs que le mot Photonique en est dérivé et que l’on trouve la première occurrence de ce dernier chez…

photonique jean Thibaud

Jean Thibaud

Jean Thibaud. Année inconnue.

Comme le dit H. Chabot, « Tout est dans tout » et le holisme nous guette…

ps1 : dès que j’aurais sourcé l’occurrence de ce mot chez Thibaud, je ne manquerais pas de vous l’indiquer.

ps2 : pour ceux qui se demandent si le photon existait vraiment avant 1926 c’est à dire avant que le terme ne soit inventé en 1926, on renverra à Bruno Latour et à la question de savoir si Ramsès est mort de la tuberculose...ou pas. Voir aussi les courriers de lecteurs et la réponse de Bruno Latour.

Gallica et moi (1)

Je m’intéresse à la trajectoire d’un physicien atomique ayant traversé une bonne partie du vingtième siècle. Ce dernier à beaucoup fréquenté les Comptes Rendus de l’Académie des Sciences (CRAS), des années 1920 à la fin des années 50. Les Comptes Rendus étaient, avec le Journal de Physique et le Radium (nom baroque issu de la fusion en 1920 de deux périodiques), les deux principales artères de publication françaises en physique et chimie, dans la première moitié du vingtième siècle. En ce qui concerne les archives scientifiques, Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF, est un outil qui a su se rendre indispensable au chercheur. A la fois vertigineuse par la largeur de son fond (2 millions de documents), la base de Gallica peut aussi parfois s’avérer farceuse. Je me propose dans cette suite de billets, d’illustrer sur cas, les tours que le moteur de recherche de Gallica me joue et les détours qu’il me faut parfois emprunter.

 Les Comptes Rendus de l’Académie des Sciences

Imaginons que vous recherchiez la référence suivante :

Thibaud, J, «Déviation électrostatique et charge spécifique de l’électron positif» C.R, 197, 1933, p. 447. 

Vous savez ainsi qu’il s’agit d’une note d’un certain « Thibaud », parue dans le tome 197 des Comptes Rendus hebdomadaires de l’Académie des Sciences (« CR »), en 1933. La référence indique par ailleurs que la note débute à la page 447 du tome en question.

Bien. A ce stade, la meilleure stratégie ne consiste pas à Googliser (sic)  la référence précédente (essayez). Aucune chance que le moteur du géant vous mène à la note en question. Le mieux est de cherchez la liste chronologique des Comptes Rendus, de cliquer sur « 1933 » et d’ouvrir les comptes rendus du tome 197 pour enfin aller à la page 447.

Quittez donc Google pour vous tourner vers Gallica et son moteur de recherche.

Gallica

Première difficulté. Si votre requête est « Comptes rendus de l’académie des sciences », vous risquez de chercher longtemps le compte rendu que vous voulez si toutefois vous espériez obtenir la liste annuelle des CR. Vous obtiendrez une liste de différentes séries récentes de comptes rendus (mathématiques, Sciences de la Vie…) mais pas la liste des CR depuis que les secrétaires perpétuels ont décidé de les publier.

CRAS2

réponse du moteur de Gallica à la requête « comptes rendus de l’académie des sciences »

Pour obtenir cette liste exhaustive, deux possibilités :

  • modifier légèrement la requête dans le moteur de Gallica en ajoutant « hebdomadaires » (attention pluriel obligatoire sine qua non)! Ces messieurs se réunissent en effet tous les lundis quai Conti. 

CRAS3

 

Pour accéder au saint Graal, il ne vous reste plus qu’à cliquer sur « Accéder à tous les volumes du périodiques » et ensuite de cliquer sur « 1933 » et de choisir le tome 197.

CRAS4

Autre possibilité.

  • Utiliser le nouveau moteur de recherche de Gallica, que l’on trouve sur Gallica Labs :

Gallica Labs

Comme l’indique la page du nouvel outil, « Vous y verrez que l’ordre et la pertinence des résultats présentés diffèrent sensiblement de ceux offerts par le moteur actuel de Gallica ». En effet, miracle du nouvel algorithme, la requête « Comptes rendus de l’académie des sciences » fournit en première réponse, celle que nous attendions :

CRAS5

Vous verrez toutefois que ce nouvel algorithme n’est pas exempt de critiques ; peut être en trouverez vous vous même avant le prochain billet….

De l’écriture d’un article en SHS en général, à mes perspectives en particulier.

Suite à la formation doctorale sur l’écriture d’un article en SHS, proposée et animée par Samuel Lézé, anthropologue de la santé à à l’ENS LSH de Lyon, je me propose dans ce billet, de retracer le fil de cette intervention à l’aune de mes propres problématiques (en gris). Une version non augmentée de mes commentaires est disponible sur L@Bsolu

Le stage commence par un tour de table de présentation (nom, sujet de thèse) sans plus de détails. Ce premier mouvement est suivi d’un autre, durant lequel chacun doit le plus synthétiquement répondre à la question de l’enjeu de son travail de thèse :

Quel est l’enjeu de votre travail de thèse ?

En ce qui me concerne, l’enjeu de mon travail pourrait se résumer ainsi : mettre à jour, sur une étude de cas (celle du physicien Jean Thibaud), via des méthodes historiques et épistémologiques, les logiques dont procède la construction de la trajectoire d’un physicien nucléaire en France entre 1920 et 1960. Comment se conjuguent et se contraignent les dimensions scientifiques, institutionnelles ; les prises de position idéologiques et politiques dans le parcours d’un physicien atomique expérimentateur ? Il sera aussi question de comprendre les logiques de bifurcation et de marginalisation en histoire des sciences.

S. Lézé énonce ensuite l’une des idées les plus stimulantes de la formation :

« Écrire un article, ce n’est pas « écrire » au sens littéraire du terme. Il s’agit bien plutôt d’un travail d’organisation, de composition, de réduction de l’information préalablement récoltée  en vue d’établir une démonstration autour d’une idée centrale.»

NB : contrairement à ce que pourraient laisser croire les ratures de Flaubert ci-dessus, un article de SHS ne doit pas être confondu avec un exercice littéraire, sous peine d’être systématiquement rejeté.

Je reste, à ce stade, fortement frappé par l’analogie que je perçois entre écriture scientifique et acte photographique. Il s’agit évidement dans les deux cas d’une écriture. Mais plus fondamentalement, le principe d’une composition au service d’un message s’applique aux deux. La photographie est un art de l’exclusion, tout comme la sculpture et tout au contraire de la peinture. Le photographe exclut donc, autrement dit, cadre, à partir d’une masse d’objets, de formes et compose par là-même un message.

Robert Frank

Robert Frank. Londres 1951.

Rien à inventer donc, dans un cas comme dans l’autre, tout à composer. Composer avec le monde, composer à partir du monde en organisant les formes ou les éléments de sa démonstration. Derrière chaque photo, il y a une idée. Chaque article devrait lui aussi être au service d’une idée et composer les éléments qu’il convoque en vue d’établir sa démonstration.

Vous avez dit réduire ?

Comment organiser, réduire, vos articles pour qu’ils deviennent publiables ou en tout cas pour qu’ils aient quelque chance de ne pas être rejetés de prime abord par l’éditeur ou le referee ? Travailler la « citabilité » de votre texte : vous devez faire en sorte que votre texte soit lu et utilisé par vos pairs.

« il faut écrire dans l’esprit d’être réutilisé (…) C’est celui qui formulera convenablement une idée qui sera cité ».

Adapter l’article en fonction de ceux qui peuvent le lire. C’est ce à quoi peut vous amener le dialogue avec le referee. Le non-rejet primaire de votre texte doit vous inciter à l’améliorer.

« Mais que veut dire « améliorer » l’écriture d’un article ? La plupart du temps : réduire, réduire et encore réduire à la structure syntaxique de base : sujet-verbe-complément ! » 

Vous devez par ailleurs impérativement adapter le format de l’article à la revue à laquelle vous proposez votre texte.  Ce dialogue avec le referee, sur la forme et sur le fond, tout au contraire d’une attaque ad hominem, doit être perçu comme un processus intellectuel ayant pour objectif la qualité scientifique du texte travaillé. Un préalable est la capacité du chercheur à faire preuve à la fois de plasticité et de solidité intellectuelle.

 Typologie des articles

Les années de doctorat sont l’occasion pour le chercheur de s’exercer à des formes multiples d’écriture. S. Lézé en a repéré quatre et nous en propose une description.

A-   l’article « État des lieux ».

Il s’agit de proposer une revue de thématique générale dans un axe particulier, de faire un état des lieux de la littérature autour d’un problème central. C’est aussi une façon d’exploiter scientifiquement un état des lieux théorique et de publier un article fortement cité par la suite…

Il s’agira tour à tour :

  • de poser un problème ;
  • de passer en revue les différentes approches proposées dans le passé ;
  • de mettre le problème et ces approches en perspective de l’approche personnelle que l’on se propose d’adopter.

Cette revue de la littérature devrait être un passage obligé de tout doctorant en première année.

Ps : deux outils (concurrents) pour vérifier l’état de la littérature sur un concept ou un auteur :

–       The Web of Science. (ressources URFIST pour l’initiation à WOS)

–       Scopus (ressource URFIST pour l’initiation à Scopus)

En ce qui me concerne, je pourrais envisager de faire un état des lieux actualisé du style biographique en histoire des sciences. Il me faudrait approfondir le matériel théorique que j’ai commencé à rassembler,  interroger ces analyses au regard de ma problématique. 

Pour ceux que cela intéresse, quelques incontournables sur la question biographique :

avec en contre point de l’article de Bourdieu, un article vif et passionnant de Nathalie Heinich :

Pour finir, l’article de Söderqvist qui me semble assez conforme à l’idée que je me fais d’une telle revue :

B-   Le « Research paper ».

C’est l’article de recherche « classique ». Il présente une contribution (et une seule) à la résolution d’une problématique.  Sa structure, modulaire, peut être décrite comme ci-dessous :

–       Exposé de la méthodologie :

« la première chose que fait un reviewer, c’est lire la méthodologie ».

L’exposé de la méthodologie répond à une logique d’explicitation et vise à permettre la reproductibilité de la démarche par d’autres chercheurs.  Trois éléments peuvent concourir à cette explicitation :

  • Sur quels matériaux ma démonstration est-elle basée ? (entretiens, observations, article)
  • Quels participants ? Pourquoi eux et pas les autres ? Pourquoi l’accès à ces archives maintenant ?
  • Quelles sont les procédures mises en œuvre pour analyser les matériaux dont on dispose ?

–       Résultat. 

Qu’est-ce qu’un résultat en SHS ? Un résultat prend souvent la forme d’une typologie (statique ou dynamique), d’une analyse de concept. Cette typologie peut viser à épuiser la complexité d’un concept ou en délimiter les contours.

« Un article en SHS se construit à partir des deux modules que sont l’explicitation de la méthodologie et l’exposé des résultats. » 

–       Discussion

« Elle interprète les résultats et pose les limites de la méthode ET des résultats obtenus. »

Il s’agit tout à la fois d’en mesurer le degré d’originalité, de mettre en valeur les forces mais aussi les faiblesses des résultats. Attention à produire un texte qui favorise la discussion.

« Éviter  plus que tout de produire des énoncés d’autorité. Appliquez vous à mettre en œuvre un principe d’humilité en SHS. »

–       Titre et mots clés.

Le titre de l’article et les mots clés sont très délicats à composer. Trois astuces :

  • Pour le titre, articuler la méthodologie et l’angle spécifique de la problématique,
  • Éviter d’utiliser les mots clés dans le titre. C’est aussi une façon de maximiser le référencement de l’article,
  • Choisir les mots clés de façon à ce qu’ils résonnent avec les mots du titre.

–       Résumé et conclusion

Le  résumé doit être lisible par quiconque et en particulier par les journalistes ! Proscrire tout jargon.

Dans l’état actuel de mon travail,  il est  prématuré de tenter de dégager des problématiques sur un corpus en partie non encore exploré ni circonscrit. Cependant, quatre ou cinq axes me permettraient d’envisager la production d’un tel article :

  • La trochoïde, biographie d’une technique de physique nucléaire.

La méthode de la trochoïde fut mise au point par Thibaud dans les années 30 et utilisée largement par la communauté française. Elle ne le quittera pas de toute sa carrière et pourrait en constituer une sorte de fil rouge expérimental. Il s’agirait de suivre cette méthode expérimentale de physique nucléaire, de son origine à sa disparition complète de la scène scientifique.

vie et transmutation des atomes

Dispositif de la Trochoïde. In Thibaud Jean, Vie et Transmutation des Atomes, Albin Michel, Paris, 1938.

  • L’institut de Physique Atomique de Lyon et la Fission nucléaire : 1938-1946. 

Enrico Fermi bombarde en 1934 toute sortes de cibles atomiques avec des projectiles neutres, les neutrons, découverts deux ans plus tôt par James Chadwick. Parmi les cibles de Fermi, l’Uranium, dont les résultats du bombardement semblent difficiles à interpréter. Jean Thibaud et André Moussa du côté expérimental, Guido Beck et Peter Havas du côté théorique, vont travailler la question du bombardement de l’Uranium par des neutrons à l’Institut de Physique Atomique de Lyon (IPA). L’article pourrait tenter d’étudier la contribution de l’IPA, dans un contexte trouble, aux recherches sur la fission de l’Uranium.

Équipe de l’Institut de Physique Atomique de Lyon (date inconnue. Probablement 1937). Annales de l’Académie des Sciences de Lyon, 1983. 

  • Jean Thibaud : de l’accommodation volontaire sous Vichy à l’anticommunisme d’après guerre.

En novembre 1940, quelques mois après le déferlement nazi sur la France, Thibaud obtient de Jacques Chevalier (le secrétaire d’État à l’instruction publique du gouvernement de Vichy) la chaire de chimie-physique de la Sorbonne, laissée vacante par la fuite de Jean Perrin à New York. Au mois d’octobre 1941, Thibaud remplace l’autre « père » de la physique française, Paul Langevin, à la direction de l’École de Physique et Chime de la ville de Paris. Langevin avait été arrêté par les nazis en octobre 40 puis remis en liberté surveillée. 

Nettoyage par le vide

L’Université Libre, 22 octobre 1942 dans laquelle Thibaud est brocardé par les étudiants de l’EPCI.

  • Artefacts et  controverses : des spectres bêta anormaux à la dispute Joliot-Thibaud.

Le 18 décembre 1950, Thibaud fait présenter par Maurice de Broglie une communication aux Comptes Rendus de l’Académie des Sciences. Cette note s’intitule : «Le rayonnement anormal accompagnant les désintégrations bêta ».  Le même jour, en séance publique, F. Joliot lit une note de deux de ses élèves, G. Charpak et F. Suzor, intitulée : «Sur la possibilité d’émission d’une particule ayant la charge de l’électron et distincte de celui-ci dans la radioactivité bêta  positive et négative. » Les deux études conduisent leurs auteurs, à partir de méthodes expérimentales différentes,  à une même conclusion : il existerait une particule négative nouvelle liée aux spectres bêta mais différente de l’électron.

LaThéorieActuelle n'est pasmenacée Thibaud

La découverte tourne à la controverse pour plagiat devant l’Académie des Sciences en janvier 1951. Thibaud en sort défait, l’Académie décidant de faire publier sa note originale et non celle modifiée, qu’il avait envoyée après avoir pris connaissance de celle de Suzor et Charpak.

affaire Joliot Thibaud

  • Jean Thibaud et la question du temps en microphysique.

Dans les années 50, après l’affaire de l’Académie, Thibaud réfléchit à la notion de temps en microphysique. Il publie un certain nombre d’articles dans lesquels il expose sa conception discontinue du temps. Ces questions méritent d’être beaucoup mieux documentées et réfléchies que je ne l’ai fait jusqu’à présent. A suivre donc.

C-    L’article de comparaison.

Sur une étude de cas par exemple, on peut se proposer de comparer deux approches différentes.

D-   Un compte rendu de lecture d’ouvrage.

C’est un exercice très utile et praticable dès la première année de thèse.  On peut choisir un ouvrage récent et en proposer un C-R à une revue ou aller voir les ouvrages à recenser sur le site même des revues. S. Lézé propose de choisir ses comptes-rendus de façon « cumulative » sur notre thématique de recherche de façon à construire de proche en proche notre crédibilité scientifique.

Au final, ces indications doivent vous inciter à interroger votre texte avec les propres filtres des évaluateurs et ainsi éviter qu’il ne soit rejeté, comme c’est le cas de 70% de articles proposés.

Mon premier compte-rendu de lecture n’a pas été pour une revue scientifique mais pour l’Humanité. Il concerne l’ouvrage de Michel Blay « Quand le CNRS était gouverné par Vichy« .

Histoire de la recherche à l'IRD de 1944 à 1994

Charles Jacob, directeur du CNRS sous Vichy (c) CNRS.

Trajectoires

L’objet du carnet est de mettre à jour, sur une étude de cas (celle du physicien Jean Thibaud), via des méthodes historiques et épistémologiques, les logiques dont procède la construction de la trajectoire d’un physicien nucléaire en France entre 1920 et 1960. Comment se conjuguent et se contraignent les dimensions scientifiques, institutionnelles ; les prises de position idéologiques et politiques dans le parcours d’un physicien atomique expérimentateur ? Il sera aussi question de comprendre les logiques de bifurcation et de marginalisation en histoire des sciences.