A3. Trouver des sources primaires…

L’historien est un voleur

L’historien est un voleur.

Il débarque un beau jour incognito dans une ville, va droit à la bibliothèque en suivant les indications qu’un complice lui a fournies et s’introduit sans bruit dans un fond d’archives. Là, il ouvre un carton, puis un autre, repère ses proies. une fois évaluée la valeur de leur contenu, il opère méthodiquement un tri entre les documents. De ces papiers jaunies, il extrait des vies. Il y entre par effraction. Il en dévoile l’intimité et s’en approprie les secrets, des secrets jusque-là bien gardés. Il sort de l’anonymat des quidam qui étaient partis sans demander leurs reste, met à la lumière des existences qui étaient restées dans l’ombre, il exhume des fragments.1

Ce beau texte de Philippe Artières nous dit que l’historien est un voleur. Entendez que le voleur  est ici celui qui mène aussi l’enquête ! L’anthropologue des savoirs Christian Jacob dirait qu’il doit faire profession de braconner dans tous les domaines possibles pour éclairer sa recherche et Carlo Ginzburg, le maître italien de la micro-histoire, dirait lui qu’il doit chercher des indices, des traces, en lien avec son questionnement. Indicestraces, braconner, voler, disent assez que l’une des composantes de l’activité historienne est la quête de traces du passé que l’on interrogera au regard de sa problématique de recherche. C’est l’un des aspects de la recherche que je trouve le plus captivant. Faire une hypothèse (sois-même ou son directeur de recherche — Merci Hugues !), se transporter 500 km plus au nord pour la vérifier, localiser le bâtiment qui abrite le fond d’archives, chercher fébrilement dans le descriptif de différents fonds rédigé par les archivistes locaux, ne rien trouver, demander presque vaincu à l’archiviste en chef si il n’y aurait quand même pas quelque chose fin 1950-début 1951 concernant…attendre fébrilement à nouveau et  revoir ce même archiviste revenir de longues minutes plus tard des sous sols, avec un dossier rassemblant… une centaine de pièces !

Dossier Affaire Thibaut (sic) Ac Sciences - copie

Dossier concernant l' »affaire » qui opposa devant l’Académie des Sciences de Paris, Thibaut (sic) à deux physiciens du laboratoire Joliot, Charpak et Suzor. Archives de l’Académie des Sciences.

Trois défis de localisation

A côté des fonds de bibliothèques, des fonds privés, des entretiens avec différents témoins, internet offre à l’enquête historienne de nombreuses ressources. Pour cette troisième activité, j’aimerais vous soumettre 3 défis que vous tenterez de relever dans le temps imparti.    

 sherlock cherche

 Défi #1 

Rechercher les références et le texte d’un article écrit par Jean Thibaud et son collaborateur André Moussa sur la fission de l’uranium, publié dans le Journal de Physique et le Radium juste avant l’entre de la France dans le second conflit mondial.

Journal de Physique et le Radium, 1940

Journal de Physique et le Radium, 1940

Défi #2

Localiser l’échange de correspondance entre Thibaud et R.A Millikan,  le spécialiste américain des rayons cosmiques et prix Nobel de physique 1923.

Millikan 1923

R.A. Millikan 1923

indice : cet échange concerne le positron et une mise en évidence expérimentale importante faite par Thibaud à son propos.

Défi #3

Le congrès Solvay est une institution qui occupe une place importante dans l’histoire de la physique du XXe siècle. Il réunissait périodiquement à Bruxelles, les physiciens les plus avertis autour d’une question ou d’un objet. Werner Heisenberg évoque le rôle de ces congrès sur l’histoire de la physique :

Il n’y a pas de doute que, en ces années-là, les Conseils Solvay ont joué un rôle essentiel dans l’histoire de la physique (…) L’influence historique des Conseils Solvay était liée au style particulier introduit par leur fondateur : un petit groupe des spécialistes les plus compétents de divers pays, discutant les problèmes non résolus dans leur domaine, et découvrant ainsi une base pour leur solution.2

Conseil Solvay 1933

Conseil Solvay 1933

Le conseil Solvay d’octobre 1933 doit réunir à Bruxelles, les plus grands spécialistes mondiaux des noyaux atomiques. La radioactivité bêta, la découverte du neutron et du positron l’année précédente, ont mis le noyau sans dessus-dessous. A son grand regret3 Thibaud n’est pas retenu dans la liste de la délégation française.  Toutefois, Maurice de Broglie,  directeur du laboratoire des rayons X — dont Thibaud est le sous directeur depuis 1928 — fait office de secrétaire du conseil, aux côtés de Paul Langevin qui le dirige. Maurice De Broglie ajoute une note aux comptes rendus du conseil Solvay 1933, afin d’exposer les résultats obtenus par Jean Thibaud.

Je vous demande de trouver le compte rendu du Conseil Solvay 1933 et la trace de cette note ajoutée par Maurice de Broglie.

Défi #4 (bonus)

Thibaud soutient sa thèse en juin 1925, devant un jury prestigieux composé de Marie Curie et  du chimiste André Louis Debièrne. Il est dès lors reconnu comme un jeune maître des rayons X et de la spectrographie gamma naissante. Il donne à ce titre, de nombreuses conférences, et se trouve invité à intervenir en juin 1927, dans le cadre de celles du conservatoire des arts et métiers.

Compte rendu d'une conférence donné aux Arts et Métiers par J. Thibaud.  Action industrielle et commerciale, supplément du 2 juin1927.

Compte rendu d’une conférence donné aux Arts et Métiers par J. Thibaud. Action industrielle et commerciale, supplément du 2 juin1927.

 

La légende de la photo de Thibaud indique « Photo Martinie ». Faisons l’hypothèse qu’une copie de l’originale de cette photo existe quelque part, numérisée et présente un meilleur aspect que celle ci. Saurez-vous retrouver ce portrait photographique  de Thibaud par « Martinie » en usant des ressources d’Internet ?

  1. Philippe Artières, Avant propos du Livre des vies coupables, Collectif, Bibliothèque Albin Michel, Histoire, 2000 []
  2. W. Heisenberg, Préface, J. Mehra, The Solvay Conferences on Physics. Aspects of the Development of Physics since 1911, Reidel, Dordrecht-Boston []
  3. Lettre à Paul Langevin du 16 octobre 1933, archives L33/26 du fond Langevin, ESPCI []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *