A2. Sources primaires vs sources secondaires

Petite typologie

Pour cette seconde activité, je vais vous demander de réfléchir la différence entre une source qualifiée de « primaire » et une source qualifiée de « secondaire ». Vous vous appuierez sur la présentation que j’ai faite de mes sources dans mon mémoire de Master 2 intitulé Jean Thibaud, une trajectoire dans le siècle. Je m’empresse de dire que cette présentation est sans doute loin d’être parfaite, mais elle a le mérite d’avoir passé l’épreuve de la relecture critique et attentive de mon directeur de recherche et celle du jury… Elle est en tout cas reproduite ci-dessous :

Présentation des sources :
les sources primaires sont constituées de plusieurs types de documents : les archives administratives de l’université de Lyon 1, d’une part, qui m’ont servi à reconstituer de 1934 à 1960 les différentes étapes de la carrière de Jean Thibaud. Un dossier de presse conservé aux archives du CEA sur l’affaire de l’Académie et son contexte. Ce sont ces coupures de presse rassemblées qui m’ont permis de retrouver le dossier de l’Académie des Sciences rassemblant les éléments liés à la controverse de priorité. L’amabilité et la compétence de Florence Greffe, conservatrice en chef des archives de l’Académie, m’ont  permis de tirer le meilleur profit de ce dossier. C’est elle aussi qui m’a permis de retrouver un échange de lettres entre Jean et Francis Perrin en novembre 1940. Enfin, ont été mobilisés, les livres et articles scientifiques de Jean Thibaud et de ses collaborateurs. Nous en donnons la liste la plus exhaustive possible en bibliographie.
Les sources secondaires, que l’on peut aussi classer en deux catégories : les sources orales tout d’abord, à la première place desquelles, la mémoire vive de Raymond Salin, assistant de recherche de Jean Thibaud à partir de 1949. Son extraordinaire clarté d’esprit et sa précision m’ont permis de reconstituer de nombreux éléments de la vie du laboratoire de la rue Raulin. Jean-Paul Martin, Joseph Rémilleux, Maurice Giffon, Jean Tousset, Madame Danielle Coponat ensuite, qui m’ont fourni de précieuses indications d’ambiance. Qu’ils en soient ici tous chaleureusement remerciés. Par ailleurs, les récits de «Pionniers de l’atome», dont le livre éponyme de B.Goldschmidt et celui de Louis Leprince-Ringuet, «Noces de diamant avec l’atome», m’ont aussi apporté de multiples informations. Je dois aussi beaucoup au travail de thèse de Michel Pinault sur F. Joliot Curie qui m’a permis de situer plus précisément J.Thibaud dans la communauté des savants atomistes des années 30 et de cerner les relations difficiles que ce dernier a pu entretenir avec F. Joliot.

archivos_de_oaxaca

Quizz corpus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *