De la sérendipité, en particulier.

La « sérendipité » est à la mode depuis quelques années en sciences humaines. En suivant la directrice de recherches du CNRS, Danièle Bourcier, coauteure du premier livre sur le sujet en France (Bourcier, D. & Andel, P. V. La Sérendipité : Le hasard heureux. (Editions Hermann, 2011), on pourrait  la définir comme,

l’action de tirer profit de circonstances imprévues.

La circonstance imprévue qui concerne ce billet part de la situation suivante : parti à la recherche du « Déambulatoire », un bâtiment du campus universitaire de la Doua (Lyon1), j’utilise la recherche image de Google qui me permet de trouver de quoi repérer le bâtiment en question :

Déambulatoire ©Eric.Le Roux/Communication/UCBL

Déambulatoire ©Eric.Le Roux/Communication/UCBL

Curieux d’images, je me retrouve sur le site du service de communication de l’université d’où émane la photo. J’explore, je fouille au hasard des images et je remarque une rubrique particulière « Patrimoine et histoire« .  A l’intérieur de cette dernière je repère « Archives photographiques de la recherche« . Je continue, explore à nouveau et découvre  la photo suivante  :

Jean Thibaud plaque de Verre musée hist medecine

Chercheur inconnu/Communication/UCBL. Musée d’Histoire de la Médecine et le la Pharmacie.

Vous remarquez la légende : « Chercheur inconnu » ??

Travaillant depuis quelques mois déjà sur l’histoire de l’Institut de Physique Atomique de Lyon (IPA), (inauguré le 7 mars 1936 au 1, rue Raulin à Lyon) je reconnais immédiatement son fondateur, Jean Thibaud !

Je m’empresse de faire accréditer cette « découverte » opportune par un technicien de recherche, collaborateur de Thibaud dans les années 50.  Il est évident que seule, la « circonstance imprévue » (tomber sur la photo ci-dessus), n’aurait pu me permettre d’identifier le chercheur qui constitue le fil rouge de mes recherches.

La sérendipité n’est pas le hasard, mais la faculté de tirer profit d’une circonstance imprévue en croisant cette expérience avec un vécu préalable, qu’il soit sensible, expérimental ou théorique.

Thibaud fut entre autres, dès 1938, engagé  dans la recherche sur la fission de l’Uranium. Je développerai cet engagement dans un billet à venir.  Au cours de mon dernier séjour au rez de jardin de la BNF,  j’ai trouvé un article sur l’énergie nucléaire, publié par le directeur de l’IPA au printemps 1946.  Vous n »aurez pas de mal à reconnaître la photo de couverture…

Reflets de Lyon, la revue de l'élite lyonnaise, 194

Reflets de Lyon, la revue de l’élite lyonnaise, printemps 1946

liens :

Photothèque de l’UCBL

Sérendipité ou le don de faire des trouvailles

 


Une réflexion au sujet de « De la sérendipité, en particulier. »

  1. excellent Pascal! Bienvenue sur Hypothèses… Figure toi, serendipité quand tu nous tiens, que j’ai acheté un autre ouvrage de D. Bourcier et P. Van Andel (De la sérendipité dans la science, la technique, l’art et le droit) que celui que tu cites cet été, sur un marché de Villeurbanne. Son éditeur, L’Act Mem, ayant fait faillite, son fonds a été racheté par des brocanteurs. Il semble, d’après le vendeur, que cet ouvrage connaisse une diffusion particulièrement soutenue…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *